Présentation


NoTHx (Nouvelles Théâtralités) est un programme de recherches accueilli par le laboratoire THALIM (Théories et histoires des arts et des littératures de la modernité, UMR7172 CNRS / Université Sorbonne Nouvelle, ENS) depuis janvier 2014.

Il s’est donné pour but d’étudier les formes scéniques contemporaines des 15 dernières années et de réexaminer les outils critiques et théoriques permettant de les appréhender et de les penser.
Elle a pris la forme d’un séminaire mensuel et pluri-annuel accueilli par le Nanterre-Amandiers, qui a débuté en novembre 2014 et qui est s’est achevé fin 2016. Il rassemblait chercheur·euse·s, artistes et spectateurs.

Au printemps 2021 paraît un ouvrage de synthèse sur ces travaux, intégrant les verbatims des interventions des artistes lors du séminaire et prolongé par une plateforme en ligne de documentation et d’archives. Il est co-édité par les Presses du Réel, Nanterre-Amandiers et le Théâtre Vidy-Lausanne.

En effet, il nous semblait que de nombreuses œuvres récentes ne pouvaient plus être décrites par les outils critiques habituels des études théâtrales ou de l’esthétique – par exemple les couples conceptuels qui souvent séparent et opposent performatif et théâtral, image et texte, expérience sensible et cognition ; en effet il nous semble qu’il n’y a pas de performatif sans théâtralité ni de sensible ou d’imaginaire purs, non tissés de pensées, de réflexions ou de représentations. D’autres habitudes critiques relèvent sans doute plus de l’usage que de la description exacte, finissant par contraindre et compliquer inutilement nos réflexions ; par exemple, le terme de performance, ou ceux d’inter-, trans-, in-disciplinaire, sont souvent mobilisés pour désigner des créations d’aujourd’hui – alors que ces spectacles relèvent bien peu de ce qui a été appelé la performance et que le mélange des disciplines au théâtre, et sur les scènes en général, ne suffit pas pour décrire l’expérience vécue devant ces spectacles ou les processus de création d’aujourd’hui. À l’inverse, ces termes ne rendent pas compte, si ce n’est occultent, une dimension importante de ces pratiques, liée au jeu, à l’artificialité, à la dramatisation, à la relation théâtrale.

Il nous semblait dès lors nécessaire de réexaminer les outils critiques dont nous disposons, élaborés pour des œuvres et dans des contextes bien différents, afin de rendre compte de la scène actuelle dans sa richesse et sa pertinence. Nous souhaitons alors nous situer au plus près des œuvres, en déterminant à partir d’elles des méthodes pour les décrire, plutôt que de les conformer à nos catégories habituelles et préalables.

NoTHx se propose ainsi de poursuivre et d’approfondir des réflexions émergeant ces dernières années et visant à repenser théâtral et performatif comme deux termes liés et inséparables (sur les scènes contemporaines comme dans l’histoire de l’art récent), à réfléchir le renouvellement de la théâtralité spécifique des formes interartistiques et à décrire les mutations récentes de l’action scénique.

Le projet que conduit cette équipe est donc double : d’une part, la critique épistémologique de la discipline des études théâtrales et la réévaluation des méthodes et concepts de l’analyse critiques des spectacles ; d’autre part, l’analyse d’œuvres exemplaires de l’art scénique contemporain, au-delà des genres, à travers des études de cas. Pour cela, l’équipe rassemble des chercheurs de disciplines différentes (arts plastiques, cinéma, vidéo, poésie, histoire l’art, théâtre, danse, musique...) ayant la scène et les pratiques scéniques en commun.

NoTHx (Nouvelles Théâtralités) est un projet accueilli par le laboratoire THALIM (Théories et histoires des arts et des littératures de la modernité, UMR7172 CNRS / ENS / U. Paris3) depuis janvier 2014.